Présidence du Gabon - Agence Nationale des parcs nationaux

Agence Nationale des parcs nationaux Accueil

Actions scientifiques

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer

ACTIONS SCIENTIFIQUES

A la création des parcs nationaux, le constat a été fait que les recherches recensées étaient entreprises à près de 95% par des non-nationaux. Par ailleurs, les travaux exécutés obéissaient rarement à des méthodes standardisées, qui permettraient plus tard la comparaison des données des différentes études.

C’est donc pour répondre à ce besoin d’harmonisation dans les procédures liées aux recherches scientifiques dans les parcs, que le Centre National de Recherche Scientifique et Technologique et le Conseil National des Parcs Nationaux ont organisé, les 25 et 26 avril 2006, à l’Hôtel Intercontinental de Libreville, un atelier sur la recherche scientifique dans les Parcs Nationaux du Gabon. A l’issue de cet atelier, 4 grandes thématiques de recherche ont été identifiées pour les parcs nationaux :
- Thématique 1 : Connaissance et évaluation ;
- Thématique 2 : Dynamique et interactions entre les différentes composantes dans un parc ;
- Thématique 3 : Gestion durable ;
- Thématique 4 : Communication, valorisation et vulgarisation des connaissances.

Ces thématiques tiennent compte des potentialités du parc, de l’Homme et de leurs interactions. Elles sont présentées par ordre de priorité, bien que la thématique 4 puisse s’exécuter à chaque niveau. Une commission d’évaluation des projets de recherche dans les parcs nationaux a été mise en place au CENAREST. Des accords de collaboration sont en train d’être revus avec les institutions suivantes : le CENAREST et ses instituts de recherche, le CIRMF, Smithsonian Institution, WWF et WCS.

CONSIGNES A SUIVRE POUR EFFECTUER DES RECHERCHES DANS LES PARCS NATIONAUX, LES AIRES PROTEGEES ET LEURS ZONES PERIPHERIQUES

Contenu :

- Information sur la recherche à l'intérieur des parcs nationaux

- Conseils de Planification pour les chercheurs

- Les procédures d'obtention des autorisations de recherche

- Santé et sécurité - Règles pour les chercheurs

 

1)- Information sur la recherche à l'intérieur des parcs nationaux.

La recherche scientifique a été réalisée à l'intérieur des parcs nationaux depuis plus de 30 ans, et l’ANPN continue d'accueillir une diversité d‘activités de recherche, en coordonnant une grande banque de données scientifiques précieuses. L’ANPN tient à encourager la recherche stratégique qui bénéficiera à la faune, à la flore et aux habitats des parcs nationaux. Contactez nous sur l'adresse "science@parcsgabon.ga" pour des informations sur les recherches effectuées dans les parcs nationaux.

2)- Conseils de Planification pour les chercheurs.

La recherche scientifique qui peut soutenir et guider la gestion des parcs est importante pour l’ANPN, et nous demandons que les chercheurs fassent autant que possible l’effort de consulter et de collaborer avec les parcs tout au long de leurs études. L’ANPN va toujours donner la priorité à la recherche qui répond aux besoins des parcs et offre des avantages clairs pour les parcs.

          •    Avant de concevoir leurs études, nous encourageons fortement les chercheurs à demander l'avis de l’ANPN et de ses partenaires sur quelle type de recherche est nécessaire pour la conservation, quelle recherche est déjà en cours ou s'est passé à l'intérieur des parcs, et quelle recherche est faisable.

          •    Au cours de leurs études, il est important que les chercheurs respectent tous les règlements gouvernementaux et du parc en vigueur et de collaborer pleinement avec l’ANPN et de ses partenaires.

          •    Après leurs études, il est impératif que les chercheurs fournissent le service des parcs avec les résultats de leurs études, sous la forme de rapports, de publications, d’articles de vulgarisation et d'autres produits tels que des photos, des films ou des posters. Il s'agit d'une condition incontournable pour l’obtention d’une autorisation de recherche.

L'accès aux parcs nationaux est limité et réglementé, et les chercheurs doivent être conscients qu'ils vont rarement, voire jamais, être en mesure de mener à bien leurs recherches sans une certaine forme de soutien local sous la forme d'assistants sur le terrain et de la logistique. Cela peut être fourni comme un service par l’ANPN ou l'un de ses partenaires, en fonction des besoins, mais ne peut pas être garanti. Les chercheurs doivent s'assurer qu'ils ont pris contact avec une organisation partenaire d'accueil et pris toutes les dispositions nécessaires pour leur visite bien à l'avance de leur arrive au Gabon.

 

3)- Les procédures d'obtention des autorisations de recherche.

Afin d'avoir la permission de faire de la recherche dans un parc national, les chercheurs auront besoin de deux autorisations différentes émises par le CENAREST et l’ANPN. Les deux sont gratuites, et la procédure est coordonnée par le CENAREST, mais nous recommandons aux chercheurs de soumettre leur demande au moins 3 mois à l'avance. Les procédures pour l’obtention des autorisations de recherche et les modèles des formulaires de déclaration sont disponibles et téléchargeable sur notre site en version anglaise et française. ( document à télécharger ci- dessous)

4)- Santé et sécurité

Les parcs nationaux peuvent être des environnements dangereux, cependant, la plupart des risques d'accidents sont considérablement réduites avec un comportement et des pratiques responsables. Les chercheurs visitant sont responsables de leur propre santé et sécurité à l'intérieur des parcs nationaux, et doivent respecter les règles pour les chercheurs (voir ci-dessous) ainsi que tous autres règlements du site ou du parc qui leurs sont donnés. Les chercheurs doivent coopérer avec l’ANPN et ses partenaires et de se comporter de façon responsable afin de réduire les risques d'accidents ou de maladie pour eux ou pour d'autres personnes.

        - Travail sur le terrain.

Sauf autorisation spécifique donnée par l’ANPN, tous les chercheurs, il faudra un ou plusieurs guides locaux pour les accompagner durant le travail de terrain. Tous les guides doivent être autorisés par le Conservateur du parc.

         - Le paludisme.

Le paludisme est présent partout au Gabon et il y a un risque important de l'attraper dans tous les parcs. Il est fortement conseillé aux chercheurs de prendre la prophylaxie du paludisme pendant leur séjour au Gabon, et de prendre des précautions pour éviter d'être piqué par les moustiques (par l’utilisation, des insecticides, des moustiquaires et des vêtements à manches longues par exemple). La souche la plus courante du paludisme au Gabon est P. falciparum, qui peut être mortelle si elle n'est pas traitée correctement. Il est important que les chercheurs comprennent les risques associés au paludisme, connaissent les symptômes les options médicales dans le cas de suspicion de paludisme.

         - Les animaux sauvages.

Dans la grande majorité des cas, les animaux sauvages ne sont dangereux que si les gens se comportent de manière irresponsable ou naïve, par exemple, en approchant de trop près, en ne détectant pas l'animal assez tôt, ou en perturbant l'animal avec un comportement agressif ou provocateur. Il est impératif que les chercheurs respectent la réglementation du parc et les instructions de leur guide lors de la présence d'animaux sauvages, en particulier des éléphants, des grands singes et des buffles.

         - Évacuation médicale.

Les chercheurs doivent tenir compte des plans d'évacuation médicale dans le cas d'une urgence médicale sur le terrain. La plupart des parcs nationaux sont dans des zones isolées avec un accès routier difficile et pas de couverture réseau téléphonique, et dans de nombreux cas, une évacuation médicale n'est possible que par avion ou hélicoptère. Les chercheurs devraient discuter des plans d'évacuation médicale avec leur organisme d’accueil et de s'assurer qu'ils sont informés des procédures dans le cas d'une urgence médicale.

5)- Règles pour les chercheurs.

Une condition de l’autorisation de recherche c’est que tous les chercheurs doivent se conformer à certaines règles fixées par l’ANPN concernant la santé et de sécurité et un comportement responsable sur le terrain. En outre, des règles spécifiques d’un site peuvent également être émises par l’ANPN ou par une organisation partenaire et devraient également être suivies à tout moment.

        1. Santé et sécurité.

Tous les chercheurs doivent:

                 a. Assurer qu'ils ont une assurance évacuation médicale valide qui couvre l'évacuation par hélicoptère ou par avion en provenance de lieux de l'accident.

                 b. Etre vacciné contre la fièvre jaune, hépatite A, rougeole, le tétanos et la poliomyélite.

                 c. Divulguer à une personne compétente dans l’ANPN ou de leur organisme d'accueil avant de commencer les travaux de terrain leurs informations personnelles, y compris le numéro de passeport, numéro de police d'assurance médicale, numéro de téléphone de l'assureur et d'urgence de contact suivant proches.        

                 d. Divulguer à une personne compétente dans l’ANPN ou de leur organisme d'accueil avant de commencer le travail de terrain tous les détails médicaux pertinents qui peuvent affecter la santé et la sécurité d'eux-mêmes ou pour autrui, y compris des conditions médicales actuelles ou récentes, les médicaments pris, les allergies, la grossesse et des incapacités et notamment des mesures préventives prises pour le paludisme.

                 e. Signaler dès que possible toute blessure, maladie ou symptôme médical survenus avant, pendant ou après le travail de terrain.

                  f.  Signer un formulaire de décharge déclarant qu'ils: 

     -    Sont physiquement apte d'entreprendre le travail de terrain proposé

     -    Ont honnêtement divulgué tous les détails médicaux pertinents, en leur connaissance

     -    Sont conscients des règlements de santé et de sécurité pour le site et le parc et qu’ils s’engagent à les suivre

     -    Sont conscients des risques inhérents et les dangers associés à l'activité et à la localité en question

     -    Assument tous les risques et prennent la responsabilité entière des accidents ou de maladies qui peuvent survenir

 

       2. Conduite responsable sur le terrain.

                 a. Les chercheurs doivent être accompagnés par un guide autorisé par l’ANPN pour toutes les missions sur le terrain, sauf en cas qu’ils aient reçu l'autorisation spéciale de l’ANPN.

                 b. Les chercheurs doivent respecter les décisions de sécurité du site et de leur guide à tout moment.

                 c. Les chercheurs doivent rester avec leurs guides et rester en contact audio-visuel avec d'autres membres de l'équipe à tout moment. Dans le cas d’une division d’équipe, une personne suffisamment expérimentée doit être présente dans chaque sous-équipe et tous les membres de l'équipe doivent être pris en compte à tout moment.

                  d. Les personnes atteintes d'une maladie connue ou qui se sentent malade ne devraient pas aller sur le terrain.

                  e. Un minimum de 2 personnes doit être présent dans chaque équipe sur le terrain; personne ne devrait sortir sur le terrain seul.

                   f. Des vêtements de protection appropriés doivent être portés à tout moment.

                  g. Tous les chercheurs devraient porter un GPS, carte et boussole et de savoir comment les utiliser.

                  h. Pour les missions de camping, des précautions particulières devraient être prises. L'équipe doit:

                        1. Prendre le personnel possédant l'expérience appropriée, y compris une connaissance des premiers secours, la capacité de traiter une urgence médicale et d'évacuation et de la capacité de conduire l'équipe en toute sécurité dans des zones inconnues.

                        2. Prendre des dispositions suffisantes pour le nombre de jours de camping + 2 jours de plus, une trousse de secours suffisamment équipée et les moyens appropriés de navigation et de communication.

                        3. Identifier au moins un contact d'urgence qui sera joignable par téléphone 24 heures par jour et en mesure d'organiser une évacuation médicale en cas d'urgence.

                        4. Sauf autorisation spécifique donnée par l’ANPN à des fins de recherche, les animaux sauvages ne devraient jamais être provoqué, effrayés ou délibérément perturbés, y compris:

                              - Approcher à moins de la distance recommandée (voir ci-dessous) ou la distance de fuite

                              - Perturber les nids, des terriers ou les abris

                              -  La poursuite des animaux avec des véhicules (bateaux, voitures ou quads)

                              -  Piéger, toucher, manipuler ou déplacer les animaux

                              -  Frapper ou piquer les animaux avec des objets, ou lancer des objets

                              -  Provisionnement des animaux avec la nourriture

                              -  Mutiler ou tuer des animaux

                              -  Seul le personnel formé et autorisé peut approcher les animaux blessés ou malades.

                              -  Une distance minimale de 40m devrait normalement être maintenu dans la présence des animaux sauvages, non habitués.

                              -  Il est interdit de laisser des ordures, y compris les déchets alimentaires, à l'intérieur d'une zone protégée; les déchets doivent être soit brûlé puis enterré dans un trou de 50cm, soit complètement sorti du parc.

                              - La défécation doit être évitée dans la forêt si possible, sinon cela devrait être enterré dans un trou de 30cm de profondeur au moins 30m des cours d'eau et d'au moins 500m loin des animaux habitués.

                               - La défécation dans ou près de toute source d'eau (rivière, ruisseau, lac, lagune, la mer ou autre) est strictement interdite en tout temps.

                               -  L'utilisation des rivières, des lacs ou des lagunes pour les activités domestiques (vaisselle, lessive, baignade) à l'intérieur des parcs nationaux doit être évitée autant que possible et limitée à des missions temporaires de camping et campings.

Tous les détails sur les règlements régissant les parcs nationaux, y compris la santé et la sécurité et des pratiques responsables et toutes les autres règles sont disponibles dans le Règlement Intérieur de l’ANPN ainsi dans le manuel de santé et sécurité. S'il vous plaît contactez l’ANPN (science@parcsgabon.ga) pour les copies de ces documents, ainsi que pour toutes les questions scientifiques concernant les parcs nationaux.

Dans le cadre du Programme d’Appui à la Gouvernance Sectorielle – PAGOS – soutenu par l’Union européenne, l’ANPN a développé plusieurs outils permettant aux opérateurs économiques dont les activités ont lieu en zones périphérique et tampon des parcs nationaux de mieux comprendre le processus réglementaire d’étude d’impact environnemental et les exigences techniques de l’agence.

Recherche Scientifique

Vous êtes chercheurs et envisagez de mener des activités dans les parcs; ou, simplement curieux, vous voulez découvrir nos actions scientifiques.

L’Arc d’Emeraude est cette vaste ceinture d’espaces naturels qui encercle la capitale. Cependant la croissance urbaine mal maitrisée autour de Libreville s’est traduite au cours des deux dernières décennies par de sévères dommages environnementaux

Le N°11 de Octobre-Décembre 2015 de notre journal interne est désormais disponible et téléchargeable sur notre site.