Présidence du Gabon - Agence Nationale des parcs nationaux

Agence Nationale des parcs nationaux Accueil

Les 13 parcs nationaux

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer

LE PARC NATIONAL D’AKANDA

 

Le potentiel du Parc d’Akanda : une diversité à préserver  

Parc situé à côté de Libreville donc d’accès facile pour les visiteurs ; oiseaux migrateurs, tortues de mer, mangroves, etc.,
De nombreuses attractions : pêche sportive, infrastructures touristiques et partenariats avec les secteurs privé à développer.
Mise en valeur des services écologiques du Parc à l’industrie de la pêche crevettière à l’extérieur du Parc à explorer.

Objectifs de gestion 2005-2015 :

  • Installer le personnel de gestion du Parc ;
  • Délimiter le Parc ;
  • Formaliser les rôles de l’ENEF, CADDE et autres partenaires ;
  • Se concerter avec pêcheurs et les populations riveraines ;
  • Etablir des projets d’agriculture améliorée ;
  • Aménager et valoriser l’éco tourisme en coordination avec le secteur privé ;
  • Etablir un plan d’aménagement ;
  • Former le personnel.

 

Akanda : un site d’exception pour les oiseaux migrateurs  - Juin 2011

Situé à quelques minutes de Libreville, le parc national d’Akanda couvre 54.000 ha au nord-est de la capitale et englobe la majeure partie de la baie de la Mondah. Il se compose des baies de Corisco et de la Mondah et des mangroves et forêts côtières qui les entourent.

Akanda est l’un des sites les plus importants d’Afrique centrale pour les oiseaux migrateurs d’Europe. Les bancs de sable découverts par la marée sur les grandes plages d’Akanda sont un refuge pour de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques dont le très rare bec en ciseaux. Les vasières, les plus vastes du pays, attirent des milliers de petits échassiers qu’on appelle limicoles, gourmands des invertébrés cachés dans le limon.


 

Le pays des mangroves  - Juin 2011

C’est pour ses immenses mangroves marines que le parc d’Akanda est particulièrement remarquable. Le labyrinthe des racines des palétuviers rouges abrite une vie sauvage extraordinaire : lamentins, singes et crabes y trouvent leur nourriture.

Les mangroves autour de Libreville assurent une ressource alimentaire importante pour les générations futures car elles sont une formidable nurserie pour de nombreux poissons de mer qui viennent y déposer leurs petits.
Outre les palétuviers rouges, le parc recèle une grande richesse botanique. L’humidité de l’air marin favorise la croissance luxuriante de magnifiques orchidées qui poussent parmi d’autres plantes épiphytes sur les branches moussues de la forêt côtière.

Quantité de palmiers, d’arbres immenses et de plantes anciennes se sont développées ici à une époque de très forte humidité en Afrique et elles survivent aujourd’hui dans les forêts d’Akanda.

Dans le cadre du Programme d’Appui à la Gouvernance Sectorielle – PAGOS – soutenu par l’Union européenne, l’ANPN a développé plusieurs outils permettant aux opérateurs économiques dont les activités ont lieu en zones périphérique et tampon des parcs nationaux de mieux comprendre le processus réglementaire d’étude d’impact environnemental et les exigences techniques de l’agence.

Recherche Scientifique

Vous êtes chercheurs et envisagez de mener des activités dans les parcs; ou, simplement curieux, vous voulez découvrir nos actions scientifiques.

L’Arc d’Emeraude est cette vaste ceinture d’espaces naturels qui encercle la capitale. Cependant la croissance urbaine mal maitrisée autour de Libreville s’est traduite au cours des deux dernières décennies par de sévères dommages environnementaux

Le N°11 de Octobre-Décembre 2015 de notre journal interne est désormais disponible et téléchargeable sur notre site.