Présidence du Gabon - Agence Nationale des parcs nationaux

Agence Nationale des parcs nationaux Accueil

Les 13 parcs nationaux

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer

LE PARC NATIONAL DE MAYUMBA

 

Protéger l’écosystème maritime de Mayumba  

Sauvegarder les espèces marines au niveau mondial en faisant du Parc National de Mayumba un modèle régional de conservation des écosystèmes littoraux.
Les plages du parc national de Mayumba comptent la deuxième plus grande concentration de ponte de tortue-luth au monde. Du côté marin, il est un habitat important pour les mammifères marins, les tortues de mer, raies, requins et une ressource économique importante pour les populations locales. On y retrouve pêle-mêle, des lamantins, des ressources halieutiques importantes dans la lagune ainsi que des éléphants, gorilles, buffles dans les forêts et savanes littorales.

Agir contre le pillage des nids des tortues, la pêche industrielle illicite dans le Parc National, le braconnage transfrontalier et prévenir le risque de pollution pétrolière (marée noire) telles sont les missions de l’ANPN.


 

Développer et préserver les zones de reproduction privilégiées 

L’écotourisme

La potentialité éco-touristique est importante dans le parc de Mayumba. L’importance écologique des mangroves et la lagune en tant que sources de nutrition et zones de reproduction pour les poissons et les crustacés est à préserver.

Objectifs de gestion 2005-2015 :

  • Délimiter le parc ;
  • Mettre en place des infrastructures, du personnel et des systèmes de gestion du parc niveau « moyen » ;
  • Réaliser un plan d’aménagement ;
  • Contrôler de la pêche illicite;
  • Aménager et valoriser l’éco-tourisme en coordination avec le secteur privé;
  • Se concerter avec les pêcheurs et les populations riveraines ;
  • Améliorer la coordination avec la direction du Parc National de Conkouati au Congo ;
  • Formation du personnel.

 

Mayumba : une faune marine exceptionnelle  - Juin 2011

Bijou des parcs marin, le parc national de Mayumba protège une zone côtière de 920 km2 à l’extrême sud-ouest du Gabon. La côte de Mayumba se compose d’une longue plage de sable, de vastes étendues lagunaires d’eaux douces, d’eau de mer ou d’eaux saumâtres.

Chaque année entre novembre et avril, le Gabon abrite l’un des sites de ponte de tortues-luths les plus importants du monde. Il est vraisemblable que 30% de la population mondiale de ces tortues passent par le Gabon, dont la majorité à Mayumba. Plus de 550 femelles peuvent venir s’échouer en une seule nuit sur 80 km entre la ville de Mayumba et la frontière congolaise. La protection des tortues-luths, qui sont en voie d’extinction, est l’une des principales raisons de la création du parc.

De nombreux touristes et scientifiques viennent ici afin d’observer les baleines. Plus de 10% de la population mondiale de baleines à bosse passent ou s’établissent dans les eaux de Mayumba chaque année durant la migration annuelle de reproduction entre juin et octobre. Le spectacle est saisissant : les baleines jaillissent hors de l’eau en effectuant des figures impressionnantes ! Il est fréquent de croiser au cours de la même sortie d’importants groupes de dauphins dont parfois, les rares dauphins à bosse qui se plaisent à accompagner les bateaux des visiteurs. Sous l’eau, on peut apercevoir aussi d’impressionnants rassemblement de raies mantas: un animal fascinant dont on connaît encore peu les secrets.

Dans le cadre du Programme d’Appui à la Gouvernance Sectorielle – PAGOS – soutenu par l’Union européenne, l’ANPN a développé plusieurs outils permettant aux opérateurs économiques dont les activités ont lieu en zones périphérique et tampon des parcs nationaux de mieux comprendre le processus réglementaire d’étude d’impact environnemental et les exigences techniques de l’agence.

Recherche Scientifique

Vous êtes chercheurs et envisagez de mener des activités dans les parcs; ou, simplement curieux, vous voulez découvrir nos actions scientifiques.

L’Arc d’Emeraude est cette vaste ceinture d’espaces naturels qui encercle la capitale. Cependant la croissance urbaine mal maitrisée autour de Libreville s’est traduite au cours des deux dernières décennies par de sévères dommages environnementaux

Le N°11 de Octobre-Décembre 2015 de notre journal interne est désormais disponible et téléchargeable sur notre site.